unnamed


Montrer le ventre

Une petite vidéo sur internet montre un père qui présente son nouveau-né au chien de la famille. Le chien se met immédiatement sur le dos en exposant son ventre, sa partie la plus fragile, pour signifier qu’il ne fera aucun mal au nourrisson.

Quand deux chiens se battent et qu’un des deux sent qu’il ne fait pas le poids, il reproduit ce même geste en signe de capitulation – du coup l’autre s’éloigne, sans s’acharner.

La plupart des personnes que j’accompagne prennent conscience de ce moment crucial de « montrer le ventre ».

David Allen l’a brillamment décodé : « Les chiots et les bébés sont les êtres les plus vulnérables … et c’est précisément pour cette raison qu’on a envie de les protéger » !

Aucune personne normalement constituée ne voudra faire du mal à un bébé ou à un chiot. Bien au contraire, quand vous montrez votre ventre symbolique, une protection se met immédiatement en place qui est quasi impénétrable.

Et vous ? Quel ventre pourriez-vous montrer pour qu’une protection puisse se mettre en place ?



Ils nous écoutent

« Walter, mon fils de 15 ans, joue au hockey sur gazon et il n’était pas du tout satisfait de son poste de défense arrière. Il était convaincu être un excellent milieu de terrain, poste auquel il pourrait construire l’attaque.

Je lui ai suggéré d’écrire à ses entraîneurs pour partager ses idées au lieu d’accumuler ses frustrations en les gardant pour lui.

Je suis presque tombée de ma chaise quand mon fils m’a demandé de relire son brouillon. Il me dit qu’il avait utilisé le modèle DESC (Description – Effet – Solution- Conclusion) que je lui avais enseigné suite à un cours de management un an auparavant : Il l’avait appliqué à la perfection !

Ses entraîneurs le remercièrent pour sa franchise, le rassurèrent quant à ses qualités et commencèrent à le faire avancer sur le terrain ! »

Comme Malcolm, nous pensons souvent que ce que nous partageons avec nos teenagers n’a aucun effet sur eux mais, en réalité, ils ont juste besoin d’un terrain d’application.

Et vous ? Avez-vous vu vos enfants utiliser les outils que vous leur avez transmis ?



Votre hamster

Lors d’un « live » sur Facebook, Nathalie partage son histoire de hamster : Concentrée, au bureau, elle cherche les noms des chapitres pour une formation, mais manque d’inspiration. Elle s’acharne. La roue du hamster de son mental chauffe avec de jolies injonctions : faut que je trouve ! Allez ! Mais c’est pas possible ! C’est pourtant simple !

Sa roue continue de couiner même pendant ses conversations téléphoniques, ce qui donne place à des gribouillis sur des coins de papier et une perte d’écoute active.

Passablement frustrée elle va se coucher. Le lendemain, confortablement installée à son bureau, elle ouvre le dossier et BOUM ! Les chapitres se présentent à elle.

Nous savons tous que quand notre hamster court, nous ne pouvons pas entendre ce que notre intuition aimerait nous présenter. Les uns vont faire du sport, les autres une méditation, de la cuisine ou une sieste. Toutes ces activités ont le même mérite : elles mettent le hamster au repos et font place pour votre intuition. Ou pour utiliser les mots de Nathalie : pour télécharger la réponse à votre question !

Et vous ? Comment occupez-vous votre hamster ?



Prenez la décision

Nombreux sont mes clients qui hésitent à prendre une décision. Ils pèsent le pour et le contre, regardent les options, demandent conseil, échafaudent un plan B, reviennent sur leur premier choix, hésitent encore.

Je leur répète ce qu’on m’a enseigné : “prenez une décision et faites en sorte qu’elle soit bonne !”

Qu’est-ce que cela change, me direz-vous ? C’est votre attitude qui change : quand vous aurez décidé que votre décision est la bonne – parce que vous l’avez prise comme cela – vous allez tout faire pour confirmer qu’elle l’est.

Toutes les facettes de votre décision ont potentiellement un pour et un contre. Mais vous, vous n’allez regarder que le côté pour. Vous allez confirmer votre bon choix.

Essayez ! Prenez une décision avec la ferme intention de la rendre bonne. Et donnez-moi de vos nouvelles.



Enlevez vos lunettes !

« Laisse-moi enlever mes lunettes pour que je puisse me concentrer ! »

Je regarde mon interlocuteur avec surprise. Je comprends. Quand les contours disparaissent dans sa myopie, il n’est plus distrait par son environnement et il peut se focaliser sur le problème !

Nous connaissons cet état quand nous rêvassons ; notre regard se fige et l’environnement se brouille. Dans cette bouillie une idée seule se cristallise.

Quand je regarde la montre fermement attachée à mon avant-bras ou le réveil sur ma table de chevet, je ne vois qu’une seule chose : l’heure !

Si j’essaie d’accomplir cette même prouesse en regardant mon smartphone, je suis à coup sûr distraite par les bulles rouges indiquant le nombre d’appels, de mails et autres messages texte arrivés en mon absence. Je me vois répondre aux messages et me rends compte plus tard que je ne sais toujours pas quelle heure il est !

Et vous ? Quelles lunettes symboliques devriez-vous enlever pour vous focaliser sur quoi ?


Page 4 of 90« First...23456...102030...Last »

Qui suis-je ?

Je suis une philosophe du quotidien.
J'encapsule les petits événements de la vie dans des bulles de bonheur pour vous inspirer avec humour et bonne humeur.

Bullement vôtre,
Gundula

Newsletter

Rechercher

Search

Les bulles pétillent ailleurs

Archives