De mon mieux

Nous avons chacun au moins 1 domaine d’excellence. Pour certains, c’est la cuisine, pour d’autres, l’informatique. Moi, c’est l’enseignement.

Et puis, il y a les autres domaines …

Les « 4 accords Toltèques » nous invitent à faire « toujours de notre mieux ». A donner ce que nous sommes capables de donner.

Suis-je une pro de l’électricité ? – Non, mais je sais poser un domino et brancher les bons fils sans m’électrocuter.

Suis-je une pro en mécanique automobile ? – Non, mais je sais changer une roue, contrôler l’huile, remplacer un fusible ou encore ajouter du liquide lave-glace.

Bref, je fais, dans ces domaines aussi, de mon MIEUX.

Et vous ? Dans quel autre domaine pouvez-vous vous aventurer pour y faire de votre mieux ?



La boîte de chocolat

Je m’arrête en extase devant la vitrine d’un chocolatier renommé.

Je pèse le pour, le contre, le plaisir, la dépense, et je décide qu’être seule à la maison pendant les 10 jours à venir mérite bien une consolation chocolatée.

De retour chez moi, je me prépare à partir passer le week-end chez des amis. Que leur apporter ? Une bonne bouteille … ou bien mes chocolats ?

Presqu’à regret, je décide que les chocolats ont plus de chances de plaire à tous.

Ce fut le cas. A la fin de chaque repas, la boîte passe de mains en mains et chacun se régale et commente son plaisir.

J’en fus ravie et un peu honteuse d’avoir pensé garder cette boîte pour moi seule.

Le plaisir de mes amis augmenta considérablement celui que j’eus à goûter ces chocolats.

Et vous ? Que pourriez-vous partager pour en multiplier le plaisir ?



Le rince-doigts

Lors d’un dîner mondain, des personnes de tous horizons sont présentes. Celles qui aiment se pavaner, affichant leurs bijoux et habits. Celles qui aimeraient disparaître dans les plis de la nappe tant elles ne se sentent pas à leur place. Ou encore celles qui ne se rendent jamais compte de rien, qui s’amusent, papotent, indifférentes aux forces en présence.

L’hôte, un homme charismatique et bienveillant observe les uns et les autres. Un convive, particulièrement mal à l’aise dans ce cadre opulent s’empare du rince-doigts et le porte à ses lèvres. Un autre, du groupe des « m’as-tu-vu », observe la scène avec un rictus malveillant. L’hôte s’empare alors de son propre rince-doigts et propose un toast à l’assemblée.

Les vaniteux sont contraints d’imiter leur hôte, même si le manquement à l’étiquette les horripile. Les autres en profitent pour rire et trinquer, ce qui détend l’atmosphère.

L’hôte n’avait rien à gagner par son geste bienveillant. A part la satisfaction d’avoir empêché une humiliation certaine à l’un de ses invités.

Et vous ? Comment avez-vous tiré quelqu’un d’une impasse avec élégance ?



Retraité, mais pas en retraite

La scène se joue dans le magasin de ma copine en province. En plein mois d’août, elle parle au téléphone avec une dame dont le frigo ne ferme plus correctement tout en gesticulant en direction d’un client pour le prier d’attendre une minute.

Prise de pitié pour son interlocutrice en panne de porte de frigo avec 40 degrés dehors, elle  lui propose le passage d’un technicien le sur-lendemain entre deux autres rendez-vous dans la même ville.

Au moment de raccrocher, le client du magasin – un retraité et client régulier, s’excuse d’avoir écouté la conversation et lui propose spontanément d’aller voir la dame en question dans la ville où il doit faire des courses dans l’après-midi même. Il propose d’y aller avec sa boîte à outils et de se rendre utile – gratuitement.

Mon amie rappelle sa cliente – protection des données oblige – et lui propose les services du gentil retraité !

Elle a appris par la suite que le réparateur de fortune avait passé deux heures chez la dame – également  retraitée – et qu’elle avait été tellement enchantée par l’idée de cette initiative qu’elle était allée s’inscrire dans une association d’entre-aide pour faire de la couture.

Se rendre utile, le faire savoir, être à l’écoute sont bien des choses que j’oublie quand j’ai les yeux rivés sur l’écran de mon smartphone.

Cette histoire me rappelle que la vie n’est pas seulement un descriptif de poste, mais une possibilité infinie d’être et de se sentir utile.

Et vous ? Comment pouvez-vous être utile – avant ou lors de votre retraite ?



Temps d’habillement


« Lorsque j’ai fait mon service militaire » me racontait un ex-chasseur Alpin « un membre de notre groupe prenait toujours trop de temps pour se changer.

Nous devions le faire plusieurs fois par jour pour passer du treillis au jogging ou encore à l’uniforme de parade.

Pour chaque retard, nous devions faire 10 pompes à chaque rassemblement pendant 2 semaines.

Nous avons vite réalisé que son problème était devenu le nôtre et c’était d’ailleurs le sens de cette punition collective.

Nous avons donc aidé notre camarade à s’habiller dans les temps. Le groupe était soudé et nous n’avons plus eu à pomper ! »

Une chaîne, dit-on, est aussi forte que son maillon le plus faible. Qui dit que le groupe ne peut pas le renforcer ?

Qui devez-vous aider à « se changer plus vite » dans votre groupe pour que celui-ci puisse réussir ?


Page 4 of 78« First...23456...102030...Last »

Qui suis-je ?

Je suis une philosophe du quotidien.
J'encapsule les petits événements de la vie dans des bulles de bonheur pour vous inspirer avec humour et bonne humeur.

Bullement vôtre,
Gundula

Rechercher

Les bulles pétillent ailleurs

Lecture

La vente La negociation L'influence

Archives