Trois petits mots

Un ami en quête de spiritualité soutient que notre but sur terre est d’apprendre à aimer.
C’est notre contrat, dit-il. Et si nous n’y parvenons pas, notre âme revient encore et encore jusqu’à ce qu’elle ait appris sa leçon. Tout un programme.

Je t'aimePourquoi ne dis-tu pas « Je t’aime »  aux personnes qui te sont chères, me lança-t-il ? Ne te limite pas à ta famille !

Et si quelqu’un te dit « Je t’aime », ne te contente pas de répondre « moi aussi » ! Tu verras, l’énergie de ces trois petits mots est incroyablement puissante. Et tu peux dire « je t’aime » à de nombreuses personnes, sans pour autant devoir les épouser toutes 🙂

De nature curieuse et j’ai commencé avec certaines personnes qui me savent un peu barrée. Je l’ai fait verbalement, par texto ou par mail et le résultat a été génial. Je les ai touchées et toutes m’ont rendu mon cadeau, sans exception !

Faites-le, vous verrez ! N’en faites pas un publipostage. Dites-le aux personnes qui comptent pour vous, sincèrement et donnez-moi de vos nouvelles !



Un petit cadeau

Un couple d’amis a organisé un chouette voyage pour toute une bande de copains. Ils nous ont soignés, surpris et charmés à chaque étape.

Même si chacun payait sa part, l’un de nous proposa de leur faire un petit cadeau en remerciement de tous leurs efforts – Réaction immédiate d’un autre « pourquoi PETIT ? »

IDEEPourquoi petit ? Pourquoi un petit cadeau, petit câlin, une petite bière, une petite idée, un petit merci ??

Pourquoi me limiter à une petite idée, si je peux pondre une idée grandiose ? Pourquoi une petite bière si j’ai très soif ? Pourquoi un petit câlin si j’en veux un gros bien réconfortant ?

Et si nous rendions la vraie valeur à nos mots cette année en disant franchement ce que nous voulons  – réellement !?!

Allez ! Comptez vos « petits » et éradiquez-les afin de rendre à votre vie sa grandeur !

 

(pour laisser un commentaire, cliquez sur le titre !)



Suivre son élan

New York. J’adore cette ville. Elle me donne la patate dès que l’avion se pose à JFK. Même la longue attente pour passer l’immigration ne me fait pas perdre le sourire.

Brooklyn BridgeMon client était franchement embarrassé la semaine dernière. Chaque matin, à la vue de Manhattan baignée de soleil, je levais les bras au ciel en criant : « Gooood Mooooorning New York ». Sans me soucier du regard des passants.

Pendant presque 50 ans, j’ai vécu comme une jeune fille bien élevée. Certaines choses ne se font pas. Que vont penser les gens ?

En embarrassant mon client chaque matin pendant une semaine, j’ai réalisé que j’avais passé un cap.
Ce que les gens pensent n’est pas important. Je suis mon élan de vie et je me fais plaisir.
Et ma semaine à New York fut tout simplement géniale.

Et vous ? Comment avez-vous envie de laisser s’exprimer votre élan de vie ?



Stop. – and go !

stopJ’ai un stratagème. Quand je suis complètement débordée, submergée par des courriers, des mails ou trop de projets, j’arrête tout.  Je ne fais plus rien !  Rien de ce qui me fait paniquer.

A la place, je range, je nettoie, j’empile, je classe…

Résultat: je vois plus clair. Je ne suis plus collée à un arbre qui cache le reste de la forêt et je peux décider à tête reposée de ma prochaine action.

Il paraît que je ne suis pas la seule à faire cela et à en ressentir le bénéfice.

D’ailleurs, nous le faisons tous quand nous partons en vacances ou en allant nous coucher. Cela nous permet de prendre du recul et de nous remettre efficacement au travail.

Il y a tant de façons de faire un « stop » pour un meilleur « go ». Et vous, quel est votre stratagème ?



Se bonifier

Lors d’un récent voyage au Sri Lanka, j’avais régulièrement le choix entre bronzer à la plage ou visiter un temple, un centre ayurvédique ou un marché, une couturière, un vendeur de saris.

Plus jeune j’aurais choisi la plage pour ne pas avoir à supporter les autres, pour aller à mon rythme, ne pas devoir les attendre.

Ça, c’était avant !

Assise sur une chaise bancale dans une minuscule boutique surchauffée, je me suis amusée à regarder les copines essayer des saris de toutes les couleurs, à observer la couturière prendre les mesures de nos maris et les voir hésiter entre deux coupes. Tout était spectacle. Et je n’avais pas besoin d’en être le centre pour l’apprécier.

Aujourd’hui j’aime ces moments faciles. Je ne surveille plus ma montre pour voir si j’ai la part de bonheur auquel j’ai droit.

Nous pouvons bonifier avec l’âge en nous libérant de nos exigences.

Comment avez-vous envie de bonifier cette année ?


Page 20 of 68« First...10...1819202122...304050...Last »

Qui suis-je ?

Je suis une philosophe du quotidien.
J'encapsule les petits événements de la vie dans des bulles de bonheur pour vous inspirer avec humour et bonne humeur.

Bullement vôtre,
Gundula

S’Abonner aux bulles de bonheur

Rechercher

Les bulles pétillent ailleurs

Lecture

La vente La negociation L'influence

Archives