Les bienfaits des compliments

Il suffit de prendre conscience de l’effet que les compliments ont sur nous pour comprendre l’intérêt d’en adresser aux autres.

 

Faire des compliments, c’est mettre en lumière les points forts. Cela provoque immédiatement chez la personne complimentée, une élévation de son niveau de confiance en elle. Forte de ce regain d’assurance, elle est en mesure d’utiliser une plus grande part de ses ressources et obtient donc de meilleurs résultats. Elle a envie de progresser et cherche d’elle-même à améliorer ses performances dans les domaines où elle se sait plus fragile. Nul besoin de souligner ses points faibles, il suffit de mettre en valeur ses points forts.

 

Le mécanisme est simple: si vous complimentez, vous nourrissez la confiance et encouragez les progrès : vous aidez l’autre à croire en lui. Si vous critiquez, vous entamez sa confiance et affaiblissez sa détermination. Vous nourrissez ses doutes et le privez d’une partie de son pouvoir.

 

Observez ce qui se passe en vous ! Nous ne sommes pas très différents : nous sommes assaillis de doutes et craignons de ne pas réussir. Nous n’avons pas besoin qu’on nous dise ce qui ne va pas, nous le savons et nous avons même tendance à l’exagérer. Lorsqu’on nous critique, même de façon bienveillante, nous sentons qu’une partie de nos forces nous abandonne. En revanche, si l’on souligne nos qualités, preuves à l’appui, nous nous sentons instantanément capables de faire plus et mieux.

 

N’hésitez pas, faites ce cadeau à tous ceux que vous côtoyez, complimentez-les. Vous les aiderez à donner le meilleur d’eux-mêmes, pour leur bien, celui de leur entourage et de toutes les personnes qui bénéficieront de leurs actions. Vos compliments ont une portée insoupçonnée.

 

Ne croyez pas que complimenter les autres soit purement altruiste. Plus vous vous entraînez à expliquer aux autres les qualités que vous voyez en eux, mieux vous voyez objectivement les vôtres. Par ailleurs, la personne que vous complimentez vous manifestera de la gratitude et fort probablement, vous retournera le compliment d’une manière ou d’une autre, tôt ou tard.

 
Aussi sûrement que l’agressivité est toujours renvoyée avec force, les compliments génèrent des compliments. A chacun de choisir ce qu’il souhaite recevoir. A chacun de planter les graines des fleurs qu’il veut voir éclore dans son jardin.

Envoyez vos commentaires et questions à etienne@enviedebouger.fr
Donnez envie de faire appel à vous: atelier Se présenter efficacement



Une idée vanillée

Vous faites peut-être partie des voyageurs qui ramènent des gousses de vanille fraîches de leurs destinations lointaines ou qui aiment tout simplement les trouver bien charnues sur les marchés locaux.

 

Malheureusement, ces belles gousses bien grosses diminuent en volume et en humidité à vue d’œil. C’est pourquoi je partage aujourd’hui mon astuce favorite pour bien les conserver !

 

Il y a 3 méthodes efficaces pour conserver vos belles gousses de vanille. La première est ma favorite :

 

  1. Vous conservez la vanille fraîche debout dans un bocal en verre fermé hermétiquement (bocal à asperges ou pot à confitures).
    Au fond vous mettez 1 cm d’alcool fort, par exemple du rhum, l’eau de vie ou du cognac.
    La vanille se conserve ainsi 1 an et plus tout en gardant sa souplesse, son moelleux et son goût.
    En plus vous pouvez utiliser le fond d’alcool vanillé (au lieu de l’extrait de vanille artificiel) pour vos pâtisseries !
  2. Vous mettez vos gousses dans une boîte de sucre en poudre. Vous confectionnez ainsi votre propre sucre vanillé. La vanille durcit dans ce processus et le sucre fait des grumeaux, ce qui n’enlève rien au goût exquis de ce dernier.
  3. Vous enroulez votre gousse dans du papier sulfurisé et l’enfermez dans un bocal en verre au réfrigérateur. Elle givre, blanchie, devient « » ou cristallise, ce qui est la vanilline pure en surface à prélever facilement.


Les bienfaits de vos amies

Une conférence du patron du département Psychiatrie à Stanford traitait du rapport entre le corps et l’esprit ainsi que du lien entre le stress et la maladie. L’orateur a, entre autres, affirmé que l’une des meilleures choses que l’homme puisse faire pour sa santé est d’avoir une épouse ! Et que pour la femme, la meilleure des choses à faire pour être en bonne santé est d’entretenir ses relations avec ses amies !

 

Tout l’auditoire a éclaté de rire – mais l’orateur était sérieux, car les femmes ont des relations d’échange entre elles qui engendrent des systèmes de soutien grâce auxquels elles gèrent les difficultés de leurs vies.

 

Du point de vue physique, ces bons moments “entre filles” aident à produire plus de sérotonine – un neurotransmetteur qui aide à combattre la dépression et qui engendre une sensation de bien-être. Les femmes partagent leurs sentiments alors que les rapports amicaux entre hommes tournent souvent autour de leurs activités. Il est très rare que ceux-ci passent un bon moment ensemble pour parler de ce qu’ils ressentent ou du déroulement de leur vie personnelle. Parler du boulot ? Oui. De sport ? Oui. De voitures ? Oui. De pêche, de chasse, de golf ? Oui. Mais de ce qu’ils ressentent ? Rarement.

 

Les femmes font cela depuis toujours. Elles partagent – du fond de leur âme – avec leurs sœurs/mères/amies, et apparemment ceci est bon pour la santé !

 

L’orateur explique aussi que de passer du temps avec une amie est tout aussi important pour notre état général que de faire du jogging ou de la gym.

 

Nous avons tendance à penser que lorsque nous faisons de l’exercice nous soignons notre santé, notre corps, mais si nous passons du temps avec nos amies nous perdons ce temps et devrions faire des choses plus productives – ceci est faux.

Ce professeur affirme que le fait de ne pas créer et ne pas maintenir des relations personnelles de qualité est aussi dangereux pour notre santé que de fumer !

 

Donc, chaque fois que vous passez du temps avec vos amies, copines ou épouses, pensez que vous faites bien, félicitez-vous de faire quelque chose de positif pour votre santé !

 

Bonne rentrée !!!



Une tapenade maison

Comment rater un « dip » comme une tapenade ? C’est impossible ! Vous n’avez besoin que d’un bol dans lequel vous mettez tous les ingrédients mentionnés ci-dessous et d’un mixeur et votre dip est préparé en 10 minutes top chrono.

Seule consigne à respecter absolument : bien égoutter tout ce qui est trop gorgé de liquide, comme les olives qui sortent du bocal ou encore les câpres qu’il faut bien écraser dans un tamis pour faire sortir toute l’eau.

  • 200 g d’olives noires ou vertes dénoyautées
  • 50 g de filets d’anchois à l’huile égouttés
  • 100 g de câpres égouttées
  • 1 gousse d’ail hachée
  • 1 cuillère à soupe de persil haché
  • Sel et poivre du moulin

Vous passez tout au mixeur jusqu’à obtention de la consistance voulue.

Après confection vous avez la lourde tâche de décider si vous voulez servir votre tapenade avec des toasts, mini-blinis, bâtonnets de légumes crus, feuilles d’endive, chips ou autre tacos !

Bonne dégustation – et merci Brigitte.



Comment échanger les concessions

Dans mon dernier article nous avons vu l’importance des concessions dans la négociation. C’est ce petit bout de chemin que chacun parcours –  l’un vers l’autre – afin de trouver un accord satisfaisant pour les deux.

 

 

Voici comment cela peut se traduire au restaurant : « Si vous nous offrez l’apéritif au bar, alors nous sommes prêts à attendre que notre table se libère. »

 

 

Ma concessions : j’attends 15 minutes qu’une table se libère. La concession du restaurateur : un apéritif offert. Résultat gagnant-gagnant : le restaurateur garde la réservation et moi je ne lui tiens par rigueur pour l’attente !

 

 

J’ai fait ma concession de bien vouloir attendre à condition qu’il m’offre l’apéritif. C’est au restaurateur maintenant de décider si cela lui convient ou s’il souhaite faire une contre-proposition.

 

 

Faire une concession sans contrepartie vous laisse frustré, car vous avez l’impression de vous être fait avoir  – et demander des concessions sans contrepartie vous fait paraître comme avide.

 

 

La formule « magique » à utiliser pour échanger les concessions sous condition est : « Si vous …. Alors je… ».

 

 

Envie d’en savoir plus : « La négociation » de Gundula Welti aux Editions Eyrolles

Pour écouter la dernière interview en date du 23 juin sur EFM, cliquez ici.


Page 60 of 78« First...102030...5859606162...70...Last »

Qui suis-je ?

Je suis une philosophe du quotidien.
J'encapsule les petits événements de la vie dans des bulles de bonheur pour vous inspirer avec humour et bonne humeur.

Bullement vôtre,
Gundula

Rechercher

Les bulles pétillent ailleurs

Lecture

La vente La negociation L'influence

Archives