Le doux son de mon prénom

 

 

2014 10 Dossard lightJe cours en queue de peloton et je suis étonnée d’entendre des membres de l’encadrement m’interpeller : « Allez Gundula » « Vas-y Gundula » « Accélère Gundula » ! D’abord surprise, je réalise que ce n’est pas sorcier – mon nom est inscrit sur mon dossard !

 

 

Je me sens reconnaissante. Ils m’encouragent MOI. Pas une foule anonyme. Pas un coureur sans nom. Ils ont pris le temps de déchiffrer le nom sur mon dossard et ils ont fait un effort pour le prononcer correctement. Et ils l’ont fait pour moi. Je ne peux pas les décevoir. Je vais finir la course.

 

 

Les bonnes infirmières en pédiatrie le font aussi, tout comme les professeurs qui s’intéressent à leurs élèves. Et cela donne toujours le même résultat: lorsqu’on vous appelle par votre prénom, vous écoutez.

 

 

Avez-vous vécu des occasions où le fait d’avoir entendu votre prénom vous a donné des ailes, du courage ou bien du baume au cœur ? – Alors partagez en laissant un commentaire ici !

 

 



Profiter à tout prix

 

 

A peine arrivée à Berlin, je déambule sur le Kurfürstendamm afin de renouer avec mes souvenirs qui datent de … il y’a 28 ans ! Je regarde, marche, prends des photos, visite et m’installe finalement dans un restaurant.

 

 

Je sors mon calepin pour prendre des notes, organiser mon séjour, préparer mes rendez-vous, écrire un billet. Et là. Rien. Aucune idée, pensée ou inspiration. Le vide. Frustrée, je pose mon stylo. Quel gâchis ! Du temps rien que pour moi – et je n’en fais rien.

 

 

Mon regard se perd au loin et les voix des personnes autour de moi chatouillent mes oreilles. Je redécouvre l’accent berlinois. Je vois la façon dont mes voisins s’habillent, se coiffent, se maquillent. Leur façon bien particulière de communiquer et d’interagir.

 

 

De retour dans mon hôtel j’ai la tête pleine d’impressions et je compose ce billet.

 

 

Cela vous est déjà arrivé de penser que vous gaspilliez du temps précieux, pourtant ce laps de temps vous a permis de voir quelque chose d’essentiel ? Racontez-nous dans un commentaire ci-dessous !

 

 



La généralisation

Petra by night

 

 

Avant mon récent départ pour la Jordanie, mes amis me disaient que j’étais folle ou inconsciente de me rendre dans ce pays.

 

 

 

 

Pourtant, la Jordanie est un des seuls pays du Moyen Orient qui ne soit pas touché par la guerre ou les manifestations extrémistes. On la nomme d’ailleurs « La Suisse » du Moyen Orient.

 

 

 

Son seul tord est sa situation géographique. C’est comme si on disait que l’Autriche est un formidable constructeur automobile, à cause de sa proximité avec l’Allemagne !

 

 

 

Mais qui n’a jamais jugé quelqu’un sur ses origines, sa couleur de peau ou sa religion sans avoir pris le temps de connaître la personne en question ? Nos plus belles surprises ne sont-elles pas là ? La Jordanie l’a certainement été pour moi.

 

 

 

Quelle belle surprise avez-vous vécue ? Racontez-nous dans un commentaire ci-dessous.



Jeudi matin

 

On est jeudi. Il est 6h45. Je suis sur le quai du RER. Fatiguée. Il pleut à verse. J’ai animé 3 jours de séminaire et j’ai encore 2 jours devant moi. Une montagne ! – et  je suis déjà épuisée. J’ai envie de retourner dans mon lit bien chaud pour terminer ma nuit… Mais le client m’attend.

 

 

épuiséJe me mets en route. Je fais le premier pas. Et un autre. Et un autre. Une fois arrivée chez le client je vérifie mon matériel, je prépare la salle,  j’accueille les participants, je lance le programme. Avant que je m’en rende compte nous déjeunons et la journée commence à tirer à sa fin.

 

 

Pourquoi ? Au lieu de regarder 2 looooongues journées insurmontables, j’ai regardé la prochaine tâche à faire. Monter dans le RER. Demander un badge à l’accueil. Vérifier mon matériel…. Chacune aussi simple que l’autre.

 

 

Avez vous rechigné dernièrement devant un projet ambitieux parce qu’il vous semblait inatteignable ? Alors quel serait le tout premier pas que vous devriez faire pour l’accomplir ?

 

 

Vendredi soir, 20h, Champagne.

 

 



En neutre

 

 

J’adore me lever tôt. Je préfère organiser ma journée pour éviter que celle-ci ne m’organise. Mais avant d’enclencher la première, je débraye.

 

 

 

Espresso CupUn expresso délicieusement odorant à la main, je m’installe dans mon canapé et je mets mon cerveau en « neutre ». Au lieu de faire hurler mon moteur dès le réveil, j’efface toutes mes pensées, ma to-do-liste de la journée et mes préoccupations.

 

 

 

Cela me donne l’impression de pouvoir « sentir » mon cerveau. C’est étrange, nous ne nous préoccupons de notre matière grise que lorsque nous avons mal à la tête. Quand vous le mettez en neutre, vous pouvez le sentir et ces quelques secondes changent le reste de la journée.

 

 

 

Et vous ? Comment faites-vous passer en « neutre » ? Racontez-nous en laissant un commentaire ci-dessous.

 

 


Page 30 of 68« First...1020...2829303132...405060...Last »

Qui suis-je ?

Je suis une philosophe du quotidien.
J'encapsule les petits événements de la vie dans des bulles de bonheur pour vous inspirer avec humour et bonne humeur.

Bullement vôtre,
Gundula

S’Abonner aux bulles de bonheur

Rechercher

Les bulles pétillent ailleurs

Lecture

La vente La negociation L'influence

Archives