unnamed

Michel-Ange

13 Nov 2020

Les carrières de Carrare devant moi, j’imagine Michel-Ange qui choisit les meilleures pierres, dignes de ses chef-d’œuvre. Je m’imagine fouler ces même montagnes, payant des ouvriers par-ci, scrutant une paroi par-là.

Vu les moyens de transport moderne, je suis admirative devant les prouesses de nos aînés. Évidemment, Michel-Ange n’a pas sorti son David en série ! La chapelle Sixtine, il n’en a fait qu’une seule aussi, d’ailleurs.

Et si le secret était là ? Ne faire les choses qu’une seule fois et donner tout de soi pour faire de son mieux ? D’ailleurs, c’est ce que les 4 accords toltèques nous proposent.

Et vous ? Quel est votre projet le plus cher qui mériterait que vous vous y consacriez un mois, un an, ou même 25 ?

Partager

Gundula Welti

Comments

  1. Patrick Bourg Says: novembre 22, 2020 at 9:33

    «  Ne faire les choses qu’une seule fois »: j’ai souvent entendu de grands metteurs en scène de cinéma dire « j’ai fait le même film toute ma vie »: et pourtant leur filmographie était variée en apparence.
    Je pense que ce qu’il voulait dire relève de l’influence du structuralisme: une même structure de film, même si celle-ci s’exprime sous des organisations filmiques différentes: la différence n’étant que « quant aux effets » et non « quant à la nature » c’est à dire quant à la structure. Ainsi la structure des religions monothéistes perdure en deçà de leurs organisations contingentes (judaïsme, islamisme ou catholicisme prostétantisme, etc.).
    « Unicatement vôtre »: « le sentiment du monde en tant que totalité limitée constitue l’élément mystique » Wittgenstein (Tractatus Logico-Philosophicus).
    Je pense que nous avons tous besoin de calmer nos angoisses (« vertige du possible ») justement en limitant ce possible par l’idée de totalité unitaire rassurante car elle gomme l’angoissant possible. Cette structure unifiante, unitariante (!) se manifeste sous des organisations très variées: le UN de l’homme providentiel, le monothéisme, l’idéologie monovalente, le dictateur (hélas), la drogue, la mère (!), le concept de MOI (qui me permet d’unifier artificiellement la diversité des pulsions et autres influences dont je suis constitué), etc.

    « De successives dépendances sont venues relayer le lien maternel, dans la charge imaginaire de nous préserver.
    Plus la dépendance suppléante, asservit, plus elle semble protéger.
    Pour contenir l’intolérable intuition de notre fondamental esseulement, peu importe l’objet de cette dépendance.
    Ce sera Dieu, la Science, un maître, une doctrine.
    Ce sera la famille, un trait identificatoire, une habitude .
    Ce sera une drogue, un symptôme, une manie » Jean Claude Lavie

    Celui qui a très bien compris cette tentative de guérison de notre angoissant par le mysticisme du MOI, c’est Frenando Pessoa:
    « Je suis un évadé, dès que je suis née, en moi l’on m’a enfermé. Oui mais je me suis enfui. Être UN c’est une prison, être moi c’est ne pas être, je vivrais dans la fuite mais pour de bon » Pessoa

    « Qui étions nous ? Étions nous vraiment deux, ou deux formes d’un seul être ? »

    «Vivre c’est être un autre et sentir n’est pas possible si l’on sent aujourd’hui comme on a senti hier. Sentir aujourd’hui comme on a senti hier, ça n’est pas sentir, c’est se souvenir aujourd’hui de ce qu’on a ressenti hier, c’est être aujourd’hui le vivant cadavre de ce que fut hier la vie. Tout effacer sur le tableau, du jour au lendemain se retrouver neuf à chaque aurore dans la revirginité perpétuelle de l’émotion. Voilà et voilà seulement ce qui vaut la peine d’être ou d’avoir pour être ou avoir ce qu’imparfaitement nous sommes… Ce qui sera demain sera autre et ce que je verrais sera vu par des yeux recomposés, emplis d’une vision nouvelle… Vous n’êtes aujourd’hui, vous n’êtes moi que parce que je vous vois. Vous serez demain ce que je serais et je vous aime voyageurs penchés sur le bastingage comme un navire en mer croise un autre navire laissant sur son passage des regrets inconnus»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *