Bulles bannière 10 ans

Je sais

24 Avr 2020

Je sais comment élever les enfants (surtout ceux des autres).
Je sais mieux que tout politicien ce qu’il faut faire en cas de crise.
Et je sais exactement ce qu’il faut faire en cas de confinement.

Ça c’est du savoir. C’est clair dans ma tête. En revanche, ce n’est pas de la connaissance.

Réellement, je n’y connais pas grande chose en éducation d’enfant, n’en ayant élevé que deux exemplaires (plutôt bien réussis, à mon humble avis).
En politique je n’y connais strictement rien, n’en ayant jamais fait.
Et alors en confinement : j’avais une imagination débordante, mais je n’avais aucune connaissance jusque récemment !

Voici ce que Morpheus disait à Neo dans le film Matrix :
« Il y a une différence entre connaître le chemin et arpenter le chemin ».

Et vous ? Quels chemins êtes-vous en train d’arpenter pendant ce confinement ?

Partager

Gundula Welti

Comments

  1. Patrick Bourg Says: avril 26, 2020 at 11:47

    « Quels chemins êtes-vous en train d’arpenter pendant ce confinement ? »: « chemin » est un substantif alors que ce qui m’intéresse est le « cheminer » comme verbe à l’infinitif. Le chemin est déjà le « cheminer », le cheminement appliqué à un cas particulier. Le chemin est une réduction métonymique du cheminer ! L’image du chemin narcissise et psychologise le cheminer. La fonction du cheminer est plus importante qu’un chemin précis.
    On retrouve le « voyager » comme « partir pour partir sans l’espoir d’arriver ».
    Les verbes à l’infinitif sont les marques du « vouloir’ (Schopenhauer) et du pulsionnel (Freud) inconscient en nous. Ce sont eux qui m’intéressent plus que tel ou tel chemin…
    Le temps de l’inconscient est à l’infinitif… le « cheminer » comme infinitif ne se conjugue pas, même s’il existe une conjugaison en nombreux chemins. Mais les chemins ne sont pas le cheminer:
    « La voie qui est la voie n’est pas la Voie » Lao Tseu
    « Le grand carré n’a pas d’angle » Lao Tseu

    Angelus Silesius:
    « Si tu aimes quelque chose, tu n’aimes rien. / Dieu n’est ni ceci ni cela. Laisse le quelque chose »: théologie négative. Narcisse fait exactement le contraire via une théologie positive de son image, de son chemin propre !
    « Contingent et essence / Homme, devient essentiel : car quand le monde passe, / la contingence se perd et l’essentiel subsiste ».

    Le corps du chemin passe, seul persiste l’âme du « cheminer », du cheminent: comme en montagne: ce n’est pas le sommet qui est le plus important mais la démarche pour y aller !
    « En logique, processus et résultat sont équivalents »

 Wittgenstein

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *