unnamed

Couper le cordon

02 Avr 2021

A peine avons-nous vu la lumière du monde, il faut déjà couper le cordon qui nous relie à l’ancien. Aucun retour en arrière possible. Nous pouvons regarder le ventre de notre mère avec nostalgie, mais y retourner est impossible.

Le passage d’un état à un autre nous poursuit toute notre vie et les cordons se coupent.

Pour des raisons de sensiblerie et de nostalgie, l’humain essaie de garder l’ancien tout en incarnant déjà le nouveau. C’est comme si l’oiseau se trimballait avec sa coquille d’œuf ou le serpent avec sa vieille peau.

Les choses à moitié terminées ont forcément une conséquence. Nos mains, cœurs, têtes sont occupés avec l’ancien et ne peuvent se consacrer à 100% au nouveau.

Marie Kondo, reine du rangement, prône ce laisser partir. Remercier l’ancien avant de l’écarter et faire toute la place nécessaire pour ce qui EST.

Envie de donner toute sa place à votre présent et votre futur ?
Couper le cordon était vital à notre naissance. Ça continue à l’être.

Cette bulle vibre aussi sur les ondes de YouTube. C’est par ici.

Partager

Gundula Welti

Comments

  1. Patrick Bourg Says: avril 23, 2021 at 2:26

     » La modernité, c’est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l’art, dont l’autre moitié est l’éternel et l’immuable » Charles Baudelaire dans  Le Peintre de la vie moderne.
    Le reste est à suivre… mais c’est dur de passé après Baudelaire quand il dit tout en une phrase alors que j’en suis plusieurs page !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *