unnamed

C’est simple !

11 Mai 2014

 

 

Étant petite, la cuisine était le pré carré de ma mère. Personne n’avait le droit de la salir ni de s’improviser chef et encore moins d’utiliser des aliments prévus pour un plat bien précis. Tout y était compliqué.

 

 

Bouton simpleLorsque j’ai rencontré mon mari je ne savais rien faire en cuisine. Lui, fils d’un chef étoilé, détenteur d’une maîtrise en hôtellerie et restauration y excellait. Il trouve que tout y est simple. « Je ne maîtrise pas la cuisson des champignons ! » – « Chérie, tu peux les manger crus ! Prépare une sauce vinaigrette et nous aurons une délicieuse entrée ! » Simple, non ?

 

 

Aujourd’hui je suis capable de monter une mayonnaise tout en aidant mes enfants à faire leurs devoirs et je reçois des amis pour dîner sans préavis. A coup de « c’est simple », je trouve que ça l’est devenu.

 

 

Quand vous annoncez à quelqu’un que quelque chose va être long et pénible, il y a de fortes chances qu’il s’oriente vers autre chose. Mais si, en revanche, vous lui dites que ça va être simple, alors vous lui donnerez envie de vous suivre !

 

 

Alors à qui avez vous envie de simplifier la vie cette semaine ?

 

 

Partager

Gundula Welti

Comments

  1. « La simplicité est la sophistication suprême »
    Léonard de Vinci

  2. Philippe Says: mai 16, 2014 at 3:32

    onjour Gundula

    C’est assez drôle : la première et la seule fois où enfant je me suis laissé aller à faire de la cuisine en l’absence de mes parents, je me suis pris une soufflante de ma mère, parce que c’était son domaine à elle seule.

    Le deuxième point commun était que mon ex-épouse, éduquée par mon ex-belle-mère, était une catastrophe en cuisine. Mon ex-belle-mère arrivait à rater mes les choses simples : elle nous a fait des petits pois frais à la poêle, sans eau bien évidemment, même l’eau des pâtes, elle a réussi à la faire évaporer avant d’avoir pu plonger les pâtes, … Et, donc, je me suis mis à la cuisine, sans le talent de ton mari, mais avec beaucoup de passion, quelques échecs, mais aussi, quelques belles réussites dignement fêtées et arrosées : j’ai vu des convives finir à la petite cuillère une saucière de beurre blanc parce que c’était bon.

    Je me suis toujours tenu à ce que les choses soient simples… organisées, mais simples. Dans mon travail, dans ma vie de tous les jours, et, dans ma cuisine : faire simple est tellement mieux que de chercher à rendre plus complexe pour un bénéfice tout à fait incertain, même bien au contraire. Cela se retrouve aussi dans mon parler, ma manière d’être : si quelque chose ne va, je ne l’envoie jamais dire, j’y vais moi-même, par souci de simplicité… ça m’a valu quelques inimités, et, après, ça m’a permis, aussi, d’avancer avec d’autres et c’est bien là le plus important.

    Bises en toute simplicité

    Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *