Bulles bannière 10 ans

A la fin des droits

01 Nov 2014

 

35 ans dans la même entreprise. Petite secrétaire, puis assistante de direction. Changement de direction. On n’a plus besoin d’elle. Au chômage elle enchaîne les missions d’intérim. Jugée comme « trop vielle » elle ne trouve plus et elle est à la fin de ses droits.

 

 

Durant un enterrement elle voit le délabrement des sépultures. Les proches manquent de temps, de force ou sont trop éloignés pour faire eux-mêmes un entretien régulier. Et son idée voit le jour : MEMOIR’NET. Le spécialiste de l’entretien des pierres tombales et des plaques qui ornent vos sépultures !

 

 

Fallait y penser n’est-ce pas ? L’idée plaît tellement que 3 journaux, dont Quest France en parle sur une demi-page ! Et son téléphone n’arrête pas de sonner.Memoir'net

 

 

Est-ce le fait d’être le dos au mur et à la fin de ses droits qu’on voit l’évident ? Certainement.

 

 

Avez-vous des belles histoires à raconter qui sont nées d’une impasse ? Alors laissez un commentaire pour inspirer d’autres !

 

 

Partager

Gundula Welti

Comments

  1. Une histoire inspirationnel…..I have always believed ‘Necessity is the Mother (and Father) of Invention’. Merci Gundula pour cet exemple practique plein d’espoir…..

  2. L’histoire du jour m’en a rappelé une autre…
    Mon papa habitait, à la fin de sa vie, dans une résidence assez…cossue.

    C’était un appartement normal, pas « médicalisé », pas « assisté ».
    Un des voisins avait un fils chauffeur routier international.
    A la suite d’un accident il a définitivement perdu la possibilité physique d’exercer son métier…

    Catastrophe !

    Quoique…Il s’est intéressé aux personnes de la résidence et notamment à mon papa.
    Les vitres de l’appartement de mon père souffrait beaucoup de la nicotine que l’auteur de mes jours dégageait avec frénésie.

    Alors l’idée jaillit :
    Pourquoi ne pas proposer aux habitants de la résidence un forfait pour nettoyer toutes leurs vitres ; et…il y en avait vraiment beaucoup…des vitres !

    Aussitôt dit aussitôt fait !
    Au début, il n’avait pas le « coup de main » pour aller à la fois vite et bien…Pas grave il a rapidement appris !

    Après quelques semaines la quasi-totalité des résidents lui ont confié le soin de nettoyer, non seulement les vitres, mais aussi les balcons et les balustrades.
    Il a non seulement réussi à gagner plus d’argent qu’avant son accident mais aussi à aussi payer…beaucoup moins d’impôts.

    A l’époque je l’avais rencontré : sa vitesse était prodigieuse et la qualité parfaite ! Mais, en plus il savait créer le contact et sa clientèle s’est étendue à d’autres immeubles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *