Le choix de la confiance

12 Fév 2017

En passant la sécurité de l’aéroport en Italie, je me rends compte que mon iPad n’est pas dans mon sac à dos. Explication possible: Il est resté dans la voiture de location mais je n’en suis pas sûre.

ipad-clipart-black-and-white-clipart-panda-free-clipart-images-9clQZs-clipartJe fonce au comptoir du loueur. Un jeune gars caché derrière ses lunettes miroir évacue ma demande en me disant que la voiture est partie au lavage et que l’opérateur de la station est parti déjeuner. Arh.

Il me propose de m’appeler dès leur retour. J’ai un doute mais je fais le choix d’avoir confiance. Je refuse carrément de penser que mon iPad pourrait être volé. Je retourne au terminal, repasse la sécurité et attends son appel en mangeant un sandwich.

Mon téléphone sonne. Je passe la sécurité une troisième fois pour récupérer ma tablette et faire la bise au préposé à lunettes.

Mon choix de croire en l’honnêteté de ces personnes m’a-t-il aidé à retrouver mon iPad ? A défaut de preuve du contraire, je pense que ma confiance a influencé la suite.

En quoi avez-vous suffisamment confiance pour influencer les événements ?

Partager

Gundula Welti

Comments

  1. Bonjour Gundula,

    J’ai pensé à toi et ta tablette laissée dans la voiture de location. Voici l’aventure que j’ai envie de te partager : lundi dernier je me rendais de Paris à Antibes en TGV. Comme je suis entrain de m’installer à temps partiel dans cette belle ville méditerranéenne, j’avais avec moi deux valises et mon sac à main de travail. Arrivés à Toulon, le train commence à se vider et j’en profite pour changer de place : je chois un carré occupé par un bel homme barbu qui regarde un film sur son ordinateur. De mon côté, je lis jusqu’à ce qu’apparaissent les paysages marins.

    A proximité de ma gare d’arrivée, je laisse mon sac sur le siège et vais ranger mes affaires dans une des valises, en particulier, les vêtements chauds portés au vu de la clim dans le train. Et je descends à l’étage inférieur avec mes deux valises, puis du train et me dirige à pied chez moi. Arrivée devant la grlle de la résidence : mes clefs ? Elles sont dans mon sac, oh stupeur ! Je l’ai laissé dans le TGV !!! Et là une immense détresse m’envahit. Tout ce qui est important matériellement et professionnellement s’y trouve : mon ordinateur, mon téléphone portable, mes lunettes, mon agenda et, bien sûr, mon portefeuille avec quelques 60€, ma carte d’identité, mon permis de conduire et les papiers de ma voiture !!!

    J’interpelle une passante qui me prête son portable pour appeler la gare de Nice, terminus du train : double chance ! Que cette femme accepte que je fasse un numéro surtaxé après recherche sur internet, deuxio : Nice est la seule gare desservie après Antibes et le TGV aurait pu être terminus à Menton ou Vintimille…
    Le service des objets trouvés fermant dans une demi-heure, je pars en courant à la gare après avoir confiés mes bagages à un voisin qui a eu la gentillesse de descendre pour les mettre dans l’entrée de l’immeuble. Tout en courant, j’espère de tout mon cœur que mon voisin voyageur de l’espace carré ait remis mon sac à la SNCF. Quelque chose en moi me dit que cela peut tout à fait être possible.

    J’expose ma situation à la personne de l’accueil en gare d’Antibes qui appelle la gare de Nice. Encore quelques minutes pour être fixer sur le sort de mon sac à mains, le temps que le personnel de Nice aille s’enquérir de la chose, et victoire ! Il rappelle pour annoncer qu’il a été retrouvé. Je n’ai plus qu’à me rendre à la gare de Nice pour le récupérer.

    Cerise sur le gâteau : arrivée sur le quai avec un pass délivrée par l’hôtesse d’accueil, deux personnes qui ont entendu mon histoire me propose de me guider dans la gare de Nice…

    Pendant les 20 mn de trajets, j’espère retrouver mon sac avec l’intégralité de son contenu. Et bien oui ! L’agent au guichet d’accueil de la gare de Nice m’invite à me rendre tout au bout du bâtiment pour m’adresser à l’agent qui est en possession de mon sac : celui-ci a été en effet remis à un agent SCNF par un voyageur et, après une vérification confiante, je retrouve tous mes effets. Quel soulagement !!! Mon seul regret : ne pas connaître l’identité dons mon sauveteur car j’aurai aimé lui exprimer toute ma gratitude pour son geste désintéressé et pourtant si précieux pour moi.

    Sur le trajet du retour, je lui exprime en pensées ma reconnaissance et lui souhaite de bénéficier de la même “chance” s’il est un jour confronté à une situation similaire.

    Gratitudement vôtre.Céline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *