Est-ce que « cher » est un gage de qualité ?

Asseyez-vous devant votre écran d’ordinateur et essayez de choisir un produit dont vous n’avez aucune connaissance. Disons, vous voulez faire plaisir à un lointain cousin qui vous a invité pour son anniversaire et qui collectionne des cannes. Vous voilà parti sur les sites proposant des cannes anciennes, utilisées par d’illustres personnages, ou encore faites par des maisons prestigieuses. Sur quoi pouvez-vous vous baser, si vous désirez acheter une canne dite de qualité ?  – exactement : sur le prix. La canne la plus chère doit être par conséquence la canne la plus désirable et qui fera le plus plaisir au cher cousin.

Vous avez pris un raccourci, que nous prenons tous facilement dans la vie de tous les jours. Afin de prendre une décision non-influencée vous auriez dû lire des ouvrages spécialisés sur les cannes ou faire appel à un spécialiste avant de passer commande. Mais vous n’avez ni le temps, ni l’envi. Vous vous faites influencer par le prix selon l’équation : cher = qualité.

Un produit bien soigné est souvent plus coûteux qu’un produit bâclé. Mais ceci ne se vérifie pas toujours.  Une Mercedes par exemple coûte chère et elle devrait donc être de bonne qualité. Les acheteurs ne sont pas déçus, car ils y ont « mis le prix ».

Si aucun prix n’était collé sur une catégorie de produits, vous baseriez votre décision d’achat sur quels critères ?  Sans les étiquettes, seriez vous moins influençables qu’en voyant l’écart de prix ? La seule façon que vous avez pour en avoir le cœur net, est de choisir sans voir les prix, mais uniquement les détails « techniques » du produit.

Soyons honnêtes, nous avons peu de temps et nous ne pouvons pas devenir spécialistes dans tous les domaines. De conclure que le produit le plus cher est donc le meilleur « est de bonne guerre ». Sachez juste que les équipes marketing le savent aussi et qu’ils se servent de cet outil d’influence très régulièrement afin de vous faire acheter un produit plus cher alors que vous pourriez avoir le même chez un concurrent en faisant des économies !



Le Mojito

Il fait chaud. Alors à vos pilons – faites un Mojito dans l’intimité de votre balcon ou de votre jardin – alcotest oblige. Cette boisson délicieuse est facile à réaliser quand on respecte bien l’ordre des tâches.

Pour 2 personnes :

1)      Frottez bien un citron vert avec une brosse sous l’eau chaude, histoire d’enlever toutes les cochonneries. Coupez votre citron en petits dés et répartissez sur 2 verres.

2)      Ajoutez 1 cuillèree à thé de sucre roux (à défaut du blanc). Ecrasez  avec un pilon, histoire de faire sortir un maximum de jus de votre citron.

3)      Ajoutez 4 à 8 feuilles de menthe

4)      Ajoutez  40 ml de Rhum et quelques glaçons (si possible de la glace pilée)

5)      Remplissez le verre d’eau minérale pétillante.

Remuez le tout avec une cuillère et chin-chin !

Pour ma part, je lève mon verre à tous les business(wo)men débordés qui jonglent entre travail, famille, hobbies, intendance de la maison et qui savent se récompenser avec ce petit plaisir aussi éphémère que délicieux.

(et si vous êtes à court d’idées pour accompagner votre apéro, regardez la recette de la guacamole ou des courgettes en antipasti !)



Le questionnement dans la vente

Les commerciaux sont formés à poser des questions afin d’avoir un maximum d’informations sur leurs clients et leurs besoins. Sans formation particulière, ils posent des questions ouvertes afin de faire parler le client. Or, tout bien réfléchi, qu’est-ce qu’on veut obtenir lors de la phase de questionnement ? – on veut en savoir le plus possible sur le concurrent, sur les caractéristiques recherchées et ce qui freine l’achat. Les vendeurs juniors essaieront de démolir le produit concurrent. Or, qu’est-ce qui se passe dans la tête de l’acheteur quand on essaie d’attaquer un produit qu’il a pris en considération ? – Il résiste et à chaque contre-argument trouvera le produit concurrent de plus en plus attrayant.

Le vendeur senior n’essaie pas d’insister sur les faiblesses du produit concurrent, mais fait augmenter la valeur de son propre produit aux yeux de l’acheteur. Ceci se passe au travers d’un questionnement logique.

Et voici comment ça marche : Imaginons que je me renseigne sur l’installation d’un système d’alarme. Je n’ai jamais été cambriolé et n’ai pas d’objets de grande valeur. Le vendeur avisé procédera comme suit : Vous avez peur d’être cambriolé ? – Oui, mais la probabilité est faible et le système d’alarme coûte cher.

Vous avez des objets auxquels vous tenez ? – oui, des bijoux de ma grand-mère et le cristal de ma mère. Ils seraient irremplaçables, n’est-ce pas ? – oui, je ne les retrouverai plus.

Même avec beaucoup d’argent ? – ben, non, ce sont des souvenirs, c’est affectif.

Donc, cela serait horrible de les perdre ? – oui, catastrophique, cela me briserait le cœur !

Vous voyez, le vendeur avisé insistera sur une problématique qui est encore très petite  dans ma tête et va graduellement augmenter la valeur de celle-ci. A l’origine je voulais juste me renseigner. Ce « besoin éventuel» d’un système d’alarme est devenu une urgence et les dégâts potentiels énormes.

La probabilité que je vais acheter après cet entretien a augmenté considérablement.

Bonnes ventes !



Les courgettes en antipasti

Les antipasti – mot italien, pluriel de antipasto –  sont selon wikipédia diverses préparations culinaires italiennes que l’on sert en entrée ou à l’apéritif. Aujourd’hui nous allons nous concentrer sur une façon facile de réaliser les courgettes avec leurs jolies rayures du gril.

Beau temps oblige,  les BBQ fonctionnent bon train et c’est le moment de vous lancer !

Si vous essayez de griller vos courgettes crus sur le BBQ vous allez vite vous rendre compte, que 1) les tranches  dessêchent et 2) elles ont une fâcheuse tendance à être brûlées avant d’être cuites.

Voici donc l’astuce de Marco : Vous coupez vos courgettes en rondelles ou en tranches de 3 à 4 mm et vous les badigeonnez avec de l’huile d’olive. Vous les mettez sur une assiette sous un film plastique pour les chauffer pendant 90 secondes plein pot aux micro-ondes ! Vos courgettes auront commencé à mollir et à s’imbiber de l’huile d’olive sans être complètement cuites.

En attendant vous faites chauffer votre plancha sur votre BBQ (ou votre poêle-grille). Vous y déposerez vos légumes de façon bien ordonnée. Au bout de 3 minutes vous retournez les légumes pour marquer l’autre côté des rayures si typiques. Si vous voyez que les tranches se dessèchent, alors munissez-vous d’un pinceau et de l’huile d’olive pour les badigeonner en cours de route.

Sel, poivre et « buono appetito » !

PS : Article dédiée à Valérie qui me le demande depuis des semaines  🙂



Le bouledogue

Voici une anecdote qui m’est arrivée,  il y a de cela quelques années. J’organisais un événement en collaboration avec une employée d’une agence événementielle qui avait l’habitude de se faire épauler par son patron quand elle se sentait dépassée par le sujet traité.

Son patron était loin d’être agréable et affichait l’attitude d’un bouledogue tant sur sa façon de parler que sur sa manière de négocier.

La veille de l’événement nous organisions une réunion préparatoire avec la collaboratrice et le patron afin de faire un point sur les détails à  finaliser. Le bouledogue – fidèle à sa réputation – s’est mise en colère, s’est mise debout pointant un doigt menaçant dans notre direction, accompagné d’une menace – et a quitté la pièce tout en claquant la porte.

Pas besoin de dire que nous en étions bouches-bées. Sa collaboratrice arborait un petit sourire gêné tout en s’excusant de l’attitude de son patron et nous demandait de l’aider – elle – à solutionner le point de litige lors de son absence.

Vous reconnaissez la technique ? Cela vous paraît hollywoodien ? Eh oui. C’est la technique du bon et méchant  flic. Un des deux se met en colère, menace et joue le mauvais et l’autre joue le rôle du bon, celui qui est raisonnable et auquel on peut se confier et à qui on va faire des concessions.

Méfiez-vous de ce petit jeu. Il est subtil et on s’y fait prendre facilement tout en perdant quelques plumes.


Page 62 of 70« First...102030...6061626364...70...Last »

Qui suis-je ?

Je suis une philosophe du quotidien.
J'encapsule les petits événements de la vie dans des bulles de bonheur pour vous inspirer avec humour et bonne humeur.

Bullement vôtre,
Gundula

S’Abonner aux bulles de bonheur

Rechercher

Les bulles pétillent ailleurs

Lecture

La vente La negociation L'influence

Archives