Conseil de maman Keller

 

Lever de soleil PlascassierUn ami me raconta que quand il était petit, sa maman le réveillait chaque matin en lui rappelant : « Tu n’as pas le droit de te lever sans te dire qu’aujourd’hui sera une bonne journée !».  

 

Imaginez la portée de cette injonction sur un enfant. Lui apprendre dès son plus jeune âge que toutes les journées sont bonnes, quelles qu’elles soient ! Même celles que nous appréhendons peuvent finalement être de « bonnes » journées. Elles nous apportent un enseignement, une expérience, de la sagesse ou encore nous apprennent la patience.

 

Nous ne sommes pas en guerre, nous mangeons à notre faim, nous avons l’éducation et un pays magnifique… : de quoi nous dire qu’une journée est bonne dès le réveil.

 

Et si vous démarriez votre semaine en suivant le conseil de maman Keller ?

 

 

 



Ma librairie

 

booksIl y a quelques semaines la libraire-papeterie de notre village a fermé. La pression des libraires en ligne comme amazon et fnac ainsi que les rayons papeterie des grandes surfaces ont eu raison d’elle.

 

Au fil des semaines je me rendis compte à quel point elle me manquait. Un livre à offrir pour un dîner à l’improviste, une carte d’anniversaire, des intercalaires… Ce service de proximité, bien que couteux, me manquait et je me mis à culpabiliser : C’était de ma faute ! En surfant sur internet,  je commandais mes livres. En faisant les courses au supermarché j’ajoutais les papeteries. Je commandais mes beaux stylos et plumes sur internet au meilleur prix  – mais qui me les réparait ?  – Personne.

 

Consciente de tout cela, je pris la décision de soutenir les commerçants qui ont le courage de s’installer, de prendre des risques et qui sont à mon service.

 

Je ne bois plus mon café chez Starbucks, mais au comptoir d’un bar tabac. Je n’achète plus mon pain chez Paul mais chez mon artisan boulanger et je ne déjeune plus Chez Clément, mais à la Brasserie du coin.

 

Cela vous parle ? Soyez aussi acteur de vote propre confort !
 

 



Marseille ou Lille ?

 

Au début d’un séminaire auquel je participai récemment, chacun eut à se fixer un objectif. Nombreux furent ceux qui s’exprimèrent de façon négative : « je vais arrêter de… » – « je ne ferai plus… »…

 

Notre formateur nous posa la question suivante : panneau-marseille

 

Quand vous partez à Marseille, vous vous installez dans votre voiture et vous suivez les panneaux qui indiquent Marseille. Ou bien vous dites-vous sans cesse: « Je ne veux pas aller à Lille » « Je ne veux pas aller à Lille » « Je ne veux pas aller à Lille »… ?
Quelle est la façon la plus sûre d’arriver à bon port … à Marseille ?

 

Nous disons facilement ce que nous ne voulons pas. Je vous invite à chercher et affirmer ce que vous voulez vraiment. Vous arriverez à destination comme par magie !

 

 



Besoin de rien

 

« Je n’ai besoin de rien » est le mantra proposé lors d’une conférence par Matthieu Ricard, le porte-parole du Dalaï Lama.

 

J’avais envie de lui répondre « Mais si ! – J’ai besoin de plein de choses !  » et 1001 petites et grandes choses me sont venues à l’esprit, allant des courses hebdomadaires, en passant par une valise à roulettes à une nouvelle chaudière.

 

Mais après réflexion – lectrices et lecteurs de cette newsletter – ne faisons-nous pas partie des « happy few » ? Ceux qui n’ont véritablement besoin de rien ?

 

Et si en vous levant demain matin vous vous disiez « Quelle chance ! Je n’ai besoin de rien ! » Quel en serait votre sentiment ? – Reconnaissance pour tout ce que vous avez déjà ? – Soulagement de ne pas devoir courir après autre chose ?

 

Alors douce félicité de votre état actuel ? Quelle belle façon de commencer une journée, n’est-ce pas ? Trop fort ce Matthieu Ricard.

 

Moi, je n’ai besoin de rien. Et vous ?

 



Les paroles s’envolent

 

contract1« Vous pouvez me le confirmer par écrit, s’il vous plaît ? » – Voici une formule désormais courante. Tant que vous n’avez pas une confirmation écrite vous n’y croyez pas vraiment. Et pourtant, l’adage « verba volant, scripta manent » date des vieux romains.

 


Ce n’est pas un hasard si Weight Watchers demande à ses clients d’écrire à la main l’objectif de poids qu’ils souhaitent atteindre. Grâce à cela, le taux de réussite est exponentiel.

 

De mon côté, j’ai envoyé une newsletter à 2500 personnes pour leur annoncer que j’allais courir un marathon en juin prochain. La raison de ce partage est évidente: je ne peux pas ne pas le faire !

 

Avez-vous un projet qui vous tient à coeur ? Couchez-le sur papier. Les mots s’envolent, les écrits restent !

 

Envie d’en apprendre plus ? « L’influence » livre paru dans la collection « Histoires du Soir pour Business(wo)men débordés »

 

 

 


Page 50 of 79« First...102030...4849505152...6070...Last »

Qui suis-je ?

Je suis une philosophe du quotidien.
J'encapsule les petits événements de la vie dans des bulles de bonheur pour vous inspirer avec humour et bonne humeur.

Bullement vôtre,
Gundula

Rechercher

Les bulles pétillent ailleurs

Lecture

La vente La negociation L'influence

Archives