Une bonne idée

 

LinusPauling« Le meilleur moyen d’avoir une bonne idée, c’est d’en avoir beaucoup »

–    Linus Pauling*

 

 

 

« Comment trouves-tu les idées pour tes articles du dimanche ? » – C’est la question que mes lecteurs  me posent régulièrement. Est-ce que je suis un génie ? – NON !  Bosseuse. Et une bosseuse diversifiée.

 
Mon radar n’est pas braqué sur une cible d’idées, mais sur trois. La cible des sujets de réflexion comme celui-ci, la cible les sujets business allant de la vente à la négociation et finalement la cible des recettes inratables.

 

Si vous voyiez mon dossier « blog » vous y trouveriez une vingtaine d’articles commencés, inachevés, corrigés, en attente. Vous y trouvez la citation d’un illustre personnage, une anecdote qui m’est arrivée, une recette que j’aime et que je tente de simplifier pour la rendre inratable.

 
Est-ce que tous ces brouillons vont être publiés ?  – Absolument pas. Mais le simple fait d’en avoir beaucoup me permet de choisir une pépite, la polir et la publier. Géniale ? – non bosseuse !

 
Au boulot !

 
* Linus Pauling  reçut le prix Nobel de chimie en 1954.  Il reçut aussi le prix Nobel de la paix en 1962, pour sa campagne contre les essais nucléaires, devenant ainsi l’une des deux seules personnes à avoir reçu un prix Nobel dans deux catégories différentes (l’autre étant Marie Curie – cocorico !!!).

 

 



La perséverance

perséverance

« En essayant continuellement

on finit par réussir

donc plus ça rate


plus on aura de chances que ça marche »

– Les Shadok

 

 

Voilà un paradoxe encourageant que Pascal Denormandie a eu la bonne idée de partager avec moi.

 

 

Échouer à plusieurs reprises nous semble confirmer – un peu plus à chaque essai – que nous ne sommes pas capables. Mais ce que nous ne voyons pas, c’est qu’à chaque essai nous avons appris quelque chose de nouveau.

 

 

Chaque essai est un apprentissage, aussi petit soit-il. Tant que vous essayez, vous ne pouvez pas stagner et encore moins revenir en arrière. C’est comme vouloir oublier comment lire. Vous l’avez appris et  ne pouvez pas le désapprendre.

 

 

Alors, au lieu de vous dire que vous n’avez pas réussi, dites vous que vous avez appris quelque chose de nouveau qui vous a rapproché un peu plus de votre but !

 

 

Rappelez-vous aussi des thèmes déjà vus sur ce blog : « Ne jamais abandonner », car « impossible n’est pas français » !

 

 



Le besoin

questionsLa pyramide de Maslow – La vente – La négociation – Les méthodes de développement personnel – La communication NonViolente. Un point commun à tout cela : le besoin.

 
•    Abraham Maslow a hiérarchisé les besoins selon l’étape de la vie dans laquelle la personne se trouve.
•    Le point culminant de toute vente est la découverte du besoin du client, car si ce dernier n’avait pas de besoin, il n’y aurait pas vente.
•    Le résultat d’une négociation gagnant-gagnant doit répondre aux besoins réels de chaque partie, sinon une des deux ne se sentirait pas « gagnante ».
•    Et la plupart des bienfaits du développement personnel tournent autour de ce point central : est-ce que ce que je fais répond à mes besoins réels ?

 
Les meilleurs négociateurs, vendeurs, thérapeutes ou coaches ne sont pas ceux qui ont les meilleurs arguments, le meilleur remède ou la meilleure solution. Bien au contraire, ce sont les personnes qui  posent des questions afin de comprendre le besoin réel de leurs interlocuteurs. Un interlocuteur qui se sent compris « achètera » votre solution, votre produit, votre conseil ou votre remède.

 
Durant cette période post-Pâques, la chasse aux besoins est ouverte ! A vos questions – prêt – partez !



Regarder

 

9:30 mercredi matin. Une terrasse d’un café en face de l’opéra. Le soleil est enfin là. Je suis en avance et je profite de ce moment. Une terrasse d’un café en face de l’opéra. Le soleil est enfin là. Je suis en avance et je profite de ce moment. C’est d’ailleurs tellement agréable que mon fidèle compagnon le smartphone reste prisonnier de mon sac.

 

 
Je ne suis pas occupée donc je vois des choses. Je perçois des détails. Je sens la chaleur du soleil sur ma peau. Devant moi un défilé de mode de printemps, des couleurs qui me chatouillent la rétine… et des sourires ! Les visages qui se tournent, volubiles, vers le soleil.

 

 
A_Woman_Having_Coffee_and_Dessert_At_an_Outdoor_Cafe_Royalty_Free_Clipart_Picture_110204-130015-962053Je prends conscience qu’habituellement, mon effervescence m’empêche de savourer ces petits moments magiques qui me sont offerts.

 

 
Décision prise. Je prendrai désormais le temps pour regarder – smartphone dans le sac – pour profiter de ce qui m’entoure.

 

Et vous ? Que prenez vous le temps de regarder ?

 

 



Poisson d’avril

Poisson d'avrilLa France est le seul pays dont les enfants collent des poissons en papier dans le dos de leur parents le 1er avril. D’où vient cette tradition? Pourquoi fait-on des farces ce jour-là partout en Europe ? Et pourquoi les poissons en France ?

 
En 1465, le Roi de France Charles IX décida de réformer le calendrier. Jusqu’alors l’année commençait le 1er avril car ce jour coïncidait avec la fin du jeûne et le début du printemps. Charles IX décida que l’année débuterait désormais le 1er janvier.

 
Pour fêter le début de l’année, il était de tradition de se faire des cadeaux comestibles, souvent des poissons. La nouvelle du changement mit du temps à se répandre et certains continuaient à fêter le 1er avril. On se moqua d’eux et on leur fit des farces, avec ou sans poissons.

 
L’humour traverse les âges…plus de 500 ans !

 


Page 50 of 74« First...102030...4849505152...6070...Last »

Qui suis-je ?

Je suis une philosophe du quotidien.
J'encapsule les petits événements de la vie dans des bulles de bonheur pour vous inspirer avec humour et bonne humeur.

Bullement vôtre,
Gundula

Rechercher

Les bulles pétillent ailleurs

Lecture

La vente La negociation L'influence

Archives